Le monastère de Leyre entre dans l'Histoire en devenant l'un des premiers foyers du christianisme, un prototype d'art roman et le cœur mystique, le siège et le panthéon du Royaume de Navarre. De nos jours, il jouit encore d'un rayonnement spirituel et culturel de premier ordre.
Ce GUIDE ESSENTIEL vous propose de découvrir ses multiples facettes.

José Luis Hernando Garrido y Joaquín Alegre Alonso.

120 X 170 mm | 64 páginas | rústica cosida

ISBN: 978-84-943305-8-2

PVP: 5,00 €

 

 

 

{tab Sommaire}

Situation, Origines, Foyer spirituel, Premier âge de l’art roman, Art roman pur, Travaux d’agrandissement du gothique tardif, Mobilier et panthéon royal, Les entreprises monacales, L’ombre qui annonce le jour.

{tab Extrait }

Une autre consécration solennelle a lieu le 24 octobre 1098. Les documents diplomatiques dressent la liste des assistants : les évêques de Pampelune, Huesca et Roda de Isabena, les abbés de San Victorian, San Pedro de Roda, Santa Maria de Amer, Montearagon et Monzon, outre les nobles et les officiers palatins. Deux noms nous étonnent particulièrement : Diego Peláez, pontife de Compostelle banni par Alphonse VI de Léon, et l’abbé Frotaire, légat du Pape chargé de promouvoir la réforme grégorienne. Sous l’autorité de ce dernier, les dignités reprennent leur indépendance avec l’évêque Pierre [1083-1115] et l’abbé Raimundo [1083-1121], hôte de cet acte présidé par Pierre Ier [1094-1104], roi de Pampelune et d’Aragon. Les experts peinent à identifier les œuvres sanctifiées au cours de cette cérémonie. En tout état de cause, elles impliquaient des monarques – Sanche Ier d’Aragon et son fils Pierre – qui avaient réuni les trônes de Pampelune et d’Aragon et qui espéraient sûrement, en se rendant à Leyre, recevoir la légitimation morale que ce monastère offrait, du moins en Navarre. Cela prendra par la suite toute son importance.

{tab Avis de la presse}

{/tabs}